bonton Facebook

infolettre

    En centre-Bretagne, dans Pontivy autant qu’en dehors, on se réunit pour rêver de projets et pourquoi pas de les réaliser, une première réunion pour se poser des questions et se demander ce qu’il nous manque, à se demander ce que l’on voudrait voir et entendre sans désavouer ce que l’on voit et aime déjà pour tout simplement proposer des choses nouvelles.
    Au-delà de se projet, il a fallu se mettre d’accord pour un nom, un nom qui ressemble aux endroits dans lesquels nous vivons, dans un bien géographique et vivant commun dans lequel nous projetons et espérons voir nos rêves devenir idées et nos idées réalités.
    Finan Bulle, un prénom et un nom, qui dépourvu de tout sens, seulement pourvu d’un faible mais évocateur jeu de mot, cherche son histoire comme un personnage de légende en quête… de légende.

     C’est une association ouverte à toutes les propositions d’expressions artistiques qui tentant de s’installer de manière volontairement floue dans un espace parfois oublié n’oublie pourtant jamais de regarder ce qu’il se passe ailleurs. Ainsi, on s’exerce, à Finan Bulle à ne pas se restreindre dans les formes et les disciplines touchant heureusement et parfois maladroitement (c’est avoué) à tout.
      De la musique, du théâtre, des arts plastiques, nous avons surtout cherché ce que nous aimions et ce qui est vivant pour le partager, allant jusqu’à s’inventer notre propre forme : les Noctambulleries, des soirées en sortes de café-concert où se mêlent au moins plusieurs propositions artistiques (expositions, concerts, pièces de théâtre, création plastique en directe et collective, etc.) et où l’on propose une carte des consommations soignées et raisonnées.
    Car avant tout, pour une bonne rencontre il faut se sentir bien, c’est pourquoi Finan Bulle privilégie la qualité des projets dans leur dimension artistique mais aussi dans ses politiques d’accueil du public : qualité locale, biologique et/ou équitable.
       Avec les armes de l’imagination et du partage, Finan Bulle tente toujours se faire entremetteur dans un terrain de jeu où la relation entre l’artiste et chaque spectateur est soudain réelle.